Frigiel et Fluffy, tome 2 : Les prisonniers du Nether

Bonjour,

Aujourd’hui, je m’intéresse à un livre des éditions Slalom : Frigiel et Fluffy, tome 2 : Les Prisonniers du Nether de Frigiel et Nicolas Digard.

 

Les Prisonniers du Nether

Auteurs :  Frigiel et Nicolas Digard

Illustrateur : Thomas Frick

Année de publication : 23 mars 2017

Editions : Slalom

Nombre de pages : 300 pages

Prix : 12.90€

Quatrième de couverture :

Découvre la suite des aventures inédites du youtuber Minecraft Frigiel et de son fidèle compagnon Fluffy !

Alice et Frigiel, accompagnés de Fluffy, errent dans le Nether avec, à la main, la carte que leur a confiée Valmar. Mais la carte est inutilisable ! Comment s’orienter au sein de cet enfer souterrain ? Et où trouver l’aide dont Valmar parlait ?

Pendant ce temps, dans la ville de Puaba envahie par les zombies, Abel est sauvé par les gardes du foyer des Lumières où il était censé s’engager. Mais ils brandissent sous son nez un avis de recherche concernant Frigiel. Sa tête est mise à prix ! Le sang d’Abel ne fait qu’un tour : il se met en route, bien décidé à prévenir ses amis du danger qu’ils courent.

A vous de découvrir la suite !

 

Commençons par le début : l’origine de ma lecture. Je peux remercier les éditions  Slalom et  Babelio pour l’opportunité qu’ils m’ont offerte de lire ce livre. J’ai chroniqué le premier tome au mois de janvier. Je suis ravie de la chance de lire la suite. Petit avertissement, il s’agit d’un tome 2. Il est donc préférable d’avoir lu le tome 1 pour comprendre tous les enjeux malgré le petit résumé présent au début du livre.

Personnages

Frigiel reste fidèle à lui même. Je conserve mon avis original : il est un personnage intéressant par son caractère, sa détermination. Il a mûri. Il me semble aussi plus sûr de lui, acceptant mieux son rôle, les événements. Il développe ses compétences. Alice est une adolescente de 16 ans, membre de la guilde des voleurs de Puaba qui accompagne Frigiel dans sa quête. Dynamique, réfléchie, j’espère en découvrir un peu plus sur elle dans le prochain tome. Dans ce deuxième tome, elle est restée fidèle à elle-même. Pas de changement en vue, et c’est tant mieux, je l’apprécie pour le moment comme elle est : observatrice, apprenant des autres, attentive aux événements et voleuse. Abel, j’aime beaucoup ce personnage. On le voit sous un angle nouveau, très formateur. Ses faiblesses sont mises à jour, démontrant aussi ses forces. Quel plaisir. Il est, à présent, tiraillé ses émotions, ses sentiments. Nous retrouvons donc Abel peu sûr de lui, déboussolé, boudeur et agressif sans que ses compagnons ne comprennent pourquoi.

– Tête de golem ! hurla Abel. Ils commencent sérieusement à me casser les blocs !

Les silhouettes de deux nouveaux zombies titubaient au bout de la ruelle. Il avait eu la mauvaise idée d’arriver de nuit à Puaba après avoir laissé Frigiel et Alice dans la montagne. A peine passée l’enceinte détruite, quatre morts-vivants l’avaient accueilli et poursuivi à travers la ville. Leurs grognements résonnaient dans son dos. Il pouvait même entendre les graviers rouler sous leurs pieds alors qu’ils s’approchaient de lui. Et maintenant ces deux-là qui lui barraient la route. Abel était piégé.

Le mur de la maison à sa droite était en brique. Il sortit la pioche de pierre qu’il s’était fabriquée à la hâte en redescendant la dorsale du Vinmarcq. Il brisa quatre blocs dans la paroi et s’y faufila. Devant lui, le rectangle bleu d’une porte ouverte se découpa dans l’obscurité de la pièce. Il s’y précipita et émergea dans une rue en escalier qui grimpait jusqu’à un pont éventré par l’attaque de l’Ender Dragon.

« Détruit, se dit-il en descendant les marches au pas de course. J’aurais dû m’en douter. »

La créature avait laissé les murailles de Puaba dans un tel état de délabrement que chaque nuit d’énormes hordes de zombies faisaient le siège de la ville.

Une fois de plus, le style des auteurs est simple, fluide, très accessible. Cette fois-ci, je n’ai eu aucune peur face aux termes un peu spécifiques, puisque je les connaissais (pour cela c’est encore un plus d’avoir lu le premier tome du départ 😉 ). J’ai réussi à me plonger dans l’histoire sans difficulté, dès les premières pages. Il faut avouer que l’aventure commençant aussitôt y est sûrement pour beaucoup. De plus, les auteurs ont manié avec beaucoup de justesse les sentiments de nos jeunes héros rendant l’histoire encore plus prenante. Comme dans le premier tome, nous retrouvons des notes de bas de page expliquant, détaillant certains points de l’histoire. C’est toujours aussi agréable et cela permet de bien tout comprendre.

J’ai apprécié aussi le « Précédemment dans Frigiel et Fluffy », cela me rappelle les séries, ou films/sagas. C’était très sympa ce petit clin d’œil (intentionnel ou pas).

Le petit plus de l’histoire : les illustrations, un vrai délice. Le coup de crayon est juste sublime. J’adore.

Petit bémol de l’histoire : puisqu’il en faut bien un : je veux savoir la suite !

Pour résumer : Un gros coup de cœur !

Petit mot aux auteurs : mon pauvre petit cœur saigne de ne pas connaître la suite 😉

 

Petit plus pour les parents ou les professionnels :

Vous aimez Minecraft ? Alors ce livre est fait pour vous !

Vos enfants, amis aiment Minecraft et vous souhaitiez leur acheter un livre ?  N’hésitez plus, Frigiel et Fluffy est fait pour vous. 😉

C’est aussi un moyen d’accompagner l’enfant réfractaire aux livres, vers le plaisir de la lecture, on ne sait jamais.

Un petit mot sur les auteurs :

Frigiel est un vidéaste français connu pour ses vidéos sur Minecraft et ses Let’s Play publiés sur Youtube. Il est le co-fondateur de PixelShirt (« PixelShirt ce sont des T-shirts inspirés de vos univers favoris, par des artistes talentueux, le tout à prix mini ! ») et administrateur du serveur Minecraft EpiCube. Youtuber depuis 2011, il réalise des vidéos sur différents jeux vidéos à travers les aventures de Frigiel et Fluffy, son chien.

Nicolas Digard est un scénariste indépendant et auteur français. Il commence à écrire pour l’édition avant de se tourner vers l’écriture de scénarios de séries d’animation en 2009 . Il a signé depuis plus de 50 épisodes sur les séries comme Angelo La Débrouille, Oscar & Co, Plankton Invasion, Gawayn ou Lanfeust Quest. En parallèle, il poursuit sa carrière dans l’édition jeunesse et la littérature. Les loups de Sherwood paru en avril 2016 aux éditions PLON est son premier roman.

Son site web : Nicolas Digard

Thomas Frick est un illustrateur, tombé dans le milieu du développement de jeux vidéos. Il conçoit des décors et personnages de nombreux jeux vidéos.

Courez vite en librairie l’acheter ! Vous allez l’adorer et le mot est faible.

Merci d’avoir lu l’article jusqu’au bout. N’hésitez pas à laisser un petit commentaire et à partager avec moi vos lectures ! Si cet article vous a plu, pensez à le partager ;).

Lena

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités
Cet article, publié dans Jeunesse, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s