Impyrium, tome 1

Bonjour

Aujourd’hui, je vous propose une chronique du tome 1 de la série Impyrium de Henry H. Neff paru aux éditions Hachette Roman.

Impyrium

Auteur :  Henry H. Neff

Année de publication : 25 janvier 2017

Editions : Hachette Roman

Nombre de pages : 249 pages

Prix : 16,90 €

Quatrième de couverture :

A vous de découvrir la suite !

L’origine de ma lecture.

Pour commencer, je tiens à remercier NetGalley et les éditions Hachette Roman. J’ai pris plaisir à découvrir un nouvel univers, une nouvelle série. Si j’ai débuté ma lecture avec appréhension, c’est toujours comme ça quand on ne connait pas, non ? J’ai fini par accrocher et à vouloir lire la suite le plus rapidement possible !

Personnages

Hazel Faeregine est l’une des trois héritières de la couronne impyriale jusqu’à ce que sa grand-mère, l’Impératrice désigne son héritière en titre. C’est une enfant réservée, plutôt secrète et assez éloignée de la cour où elle ressent le dégoût et le rejet des nobles de sa patrie face à sa différence (elle est albinos). Pourtant, elle possède en elle le pouvoir quasiment disparu de la famille : la magie mystique. C’est intéressant, j’ai hâte de connaître la suite de l’histoire, de voir cette intrigue développée.

Hobson Smythe, surnommé Hob, est un jeune homme des terres du Nord-Ouest, peuplées de « barbares et d’indigènes ignares et insolents », selon les rumeurs. Il est ingénieux et courageux, c’est ce qui le sortira de nombreuses difficultés, mais aussi à quitter son village Brune.

Je ne vais pas développer plus les personnages pour ne pas dévoiler trop de l’intrigue. Ca serait dommage de gâcher la lecture !

A 3 heures du matin, un monstre entra dans la salle des Mères Fondatrices.

La luperca avait beau porter une toge professorale et des lunettes, elle n’en restait pas moins un monstre. Quel autre nom donner à une louve qui mesurait deux mètres cinquante et marchait sur ses pattes arrière ? Malgré cette vision perturbante, la recrue Marcus resta au garde-à-vous, le dos droit et le menton tendu, sa carabine à l’épaule. Les soldats de la sécurité impyriale ne regardaient pas, ne flanchaient pas et ne se trémoussaient pas.

Même quand un monstre approchait.

Pour autant, Marcus n’était pas un robot, et quand il identifia le compagnon du lycanthrope, son cœur battit plus fort. Il s’agissait de Lord Basil Faeregine, l’unique fils encore vivant de la Divine Impératrice et sûrement l’homme le plus important d’Impyrium. Heureusement pour le deuxième classe, une centaine de mètres séparaient le majestueux portique d’entrée de son poste de surveillance, devant la chambre forte. Ça lui donna le temps de se réjouir intérieurement de sa bonne fortune. La nouvelle année commençait à peine, et il venait d’apercevoir sa première luperca et son premier prince du sang ! C’était de bon augure.

En attendant que le couple arrive à son niveau, il essaya de décider qui, de Faeregine ou de la mystique, comme on nommait les créatures dotées de pouvoirs surnaturels constituait la rencontre la plus exaltante. Le petit garçon en lui penchait pour la seconde. Les lycanthropes servaient l’empire depuis Mina I re, mais on en voyait rarement. Dans son village natal, les parents alimentaient les rumeurs pour menacer les enfants désobéissants : « Tu as intérêt à être sage, sinon la luperca va te manger ! » Marcus aurait bien aimé que celle-ci grogne, bondisse ou fasse montre de quelque trait d’une sauvagerie de bon aloi, mais elle se déplaçait avec une lenteur pleine de grâce et de majesté.

Le style de Henry H. Neff est assez simple et accessible. Il a une plume fluide qui permet au lecteur de s’immerger sans difficulté dans la lecture de Impyrium. Nous sommes en présence d’un univers post cataclysme. Le monde ancien correspond à notre actuel. L’histoire se déroule 3000 ans après le Cataclysme, mais toute technologie a disparu. Cependant, au début, ce nouvel univers est compliqué à comprendre. Cette difficulté s’estompe au fur et à mesure de la lecture, pour laisser place à un peu plus de plaisir, de facilité et une meilleure compréhension de l’intrigue générale.

Le plus de l’histoire : L’intrigue qui est intéressante.

Le petit bémol de ma lecture : un sentiment de manque, il manque un petit quelque chose que je ne saurais définir.

Pour résumer : Du plaisir ! Un coup de cœur !

Petit plus pour les parents ou les professionnels :

N’hésitez pas à utiliser ce livre si vous souhaitez découvrir, proposer un nouvel univers et même travailler autour de la fantasy jeunesse.

Un petit mot sur l’auteur :

Henry H. Neff a été professeur d’histoire à San Francisco high school.

Vous pouvez consulter son site web à l’adresse suivante : Henry H. Neff.

Courez vite en librairie l’acheter ! Vous allez l’adorer !

Merci d’avoir lu l’article jusqu’au bout. N’hésitez pas à laisser un petit commentaire et à partager avec moi vos lectures ! Si cet article vous a plu, pensez à le partager ;).

Lena

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités
Cet article, publié dans Adolescent / Young Adult, Dystopie, Magie, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s