In My Mailbox #86 – 15 septembre 2019

Bonjour,

La semaine se termine sur le rendez-vous In My mailbox.

“In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. C’est Lire ou mourir qui s’occupe de la gestion des In My Mailbox français.”

Image de présentation In My Mailbox

Réceptions

Cette semaine, j’ai fait un rapide passage à la bibliothèque pour rendre des livres et empruntés ceux-ci :

Couverture du roman Norman n'a pas de super-pouvoir de Kamel Benaouda

Norman n’a pas de super-pouvoir – Kamel Benaouda

Dans le monde de Norman, chacun possède un don spécial : vision nocturne, télépathie, respiration sous l’eau, invisibilité … Or ce matin, au collège, Norman doit passer le test qui révèlera à la terre entière qu’il n’a aucun pouvoir. Pour échapper à cette humiliation, une seule solution : tricher ! Avec ses amis Agathe, Franck et Jibril, il monte un plan des plus périlleux …

Couverture du premier tome du manga Ichi the killer de Hidéo Yamamoto

Ichi the killer, Tome 1 – Hidéo Yamamoto

Le jour où l’un des barons du crime disparaît mystérieusement, le petit monde des truands de Kabukicho, le quartier des plaisirs de Tokyo tenu par les yakuzas, est en émoi. Il faut dire qu’il y a de quoi : l’homme, un certain Yoshio Anjo, s’est évaporé en compagnie d’une jeune fille de dix-sept ans et, surtout, d’une valise contenant trois millions d’euros. La plupart de ses « collègues » sont persuadés qu’Anjo s’est envolé dans la nature pour couler une retraite dorée. La réalité est différente : c’est une petite bande de malfrats de seconde zone qui a fait le coup. Le meurtrier s’appelle Ichi – « un », en japonais – et ressemble à tout sauf à un tueur. En dépit de sa gueule d’ange, il ne faut pas s’y fier : cet assassin professionnel qui se double d’un authentique pervers a exécuté ses victimes avec une sauvagerie ignoble, ce qui ne l’empêche pas de pleurer comme un enfant quand il repense aux crimes qu’il a commis. Kakihara, le bras droit de Yoshio Anjo, est persuadé que son patron, qu’il adule, n’a pas disparu de son plein gré. Et il est prêt à tout pour le retrouver, quitte à mettre sens dessus dessous Kabukicho. Ichi the Killer est un manga d’une crudité extrême qui flirte avec le sado-masochisme. Une pratique dont Kakihara est un adepte forcené, n’hésitant pas à faire preuve de la plus grande cruauté vis-à-vis de ses hommes de main et de ses adversaires, et trouvant un véritable plaisir à administrer la souffrance autour de lui, convaincu que « la douleur n’est pas une chose qu’il faut craindre, c’est quelque chose qu’il faut goûter ». Ichi the Killer a été adapté au cinéma par Takashi Miike, mais la version originale sur papier possède à elle seule une force de narration suffisante pour capter l’attention du lecteur et ne plus le lâcher. Le récit donne à voir un autre versant du Japon contemporain, celui des yakuzas, de leurs règles implacables et de leurs pratiques qui peuvent être d’une rare violence, loin de l’image parfois trop lisse que certains mangas s’attachent à donner de la vie japonaise. Déconseillé aux moins de seize ans, Ichi the Killer reste un manga d’une grande puissance qui a révélé son auteur, Hideo Yamamoto, entré dans le monde des mangas avec l’histoire d’un travesti, et qui travaille actuellement à Homunculus, un thriller fantastique mâtiné de psychanalyse dont la série en treize volumes est en cours de publication au Japon.

Couverture du deuxième tome du manga Ichi the killer de Hideo Yamamoto

Ichi the killer, Tome 2 – Hideo Yamamoto

Recherchant toujours leur chef de clan, la bande de Kakihara décide d’interroger sans ménagement un  »confrère » suite aux révélations tonitruantes d’un informateur. Mais alors qu’une limite est largement dépassée, ils découvrent qu’ils ont été bernés. Cette fois-ci, le clan Anjo risque gros, peut-être même l’ex-communion…

Couverture de la bande dessinée C'est pas du Van Gogh mais ça aurait pu de Bruno Heitz

C’est pas du Van Gogh mais ça aurait pu – Bruno Heitz

Après avoir failli tuer de Gaulle, Jean-Paul se cache chez sa tante en Lorraine. Il y découvre le début d’un secret de famille et la fortune mystérieuse de feu l’oncle Georges. L’affaire mène Jean-Paul en Arles et sur les traces sinueuses du grand Van Gogh. Pas certain qu’il y gagne autre chose que des ennuis…

Et vous ? Qu’avez-vous acheté, emprunté, reçu ? N’hésitez pas à me raconter tout ça, j’ai, comme toujours, envie d’allonger ma wishlist (qui est toujours aussi grande hihi).

Merci d’avoir lu l’article jusqu’au bout. N’hésitez pas à laisser un petit commentaire et à partager avec moi vos lectures, vos achats ! Si cet article vous a plu, pensez à le partager. 😉

Lena

Publicités
Cet article a été publié dans In My Mailbox, Les Rendez-Vous. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour In My Mailbox #86 – 15 septembre 2019

  1. Je n’en connaissais aucun. Merci pour cette découverte !
    Bon dimanche

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.