La Source S – Philippe Raxhon

Bonjour,

Cela fait un long moment que je n’ai pas publié de chronique. Il est grand temps que je me rattrape. Promis, je ferai mon possible pour ne plus mettre autant de temps entre deux chroniques. Aujourd’hui, je vous propose une chronique de La Source S de Philippe Raxhon paru en auto-édition, grâce à Librinova, le 18 juin 2018.

Couverture du livre de Philippe Raxhon intitulé La Source S.

La Source S

Auteur : Philippe Raxhon

Année de publication : 18 juin 2018

Éditions : Librinova

Nombre de pages : 398 pages

Prix : 18.90€

Résumé :

A vous de découvrir la suite !

L’origine de ma lecture

Je tiens à remercier énormément l’auteur, Philippe Raxhon, pour m’avoir permis de découvrir ce livre et sa patience ! En commençant ma lecture, j’avais un peu peur de faire trop de comparaisons avec les récits de Dan Brown. Je suis tombée dans ce piège la tête la première, bien évidemment. C’est pour cette raison que j’ai mis autant de temps à lire La source S et à écrire cette chronique. Plus tard, je prendrais un temps pour le relire en le savourant les doigts de pieds en éventail, à tête reposée et, cette fois-ci, sans aucune comparaison, je l’espère.

Commençons par le début : même si la plupart des démonstrations et faits historiques sont avérés, Philippe Raxhon joue la carte de la fiction dans son récit. La lettre de Sénèque (base du roman) n’a jamais existé.

Maintenant que je vous ai averti, je vais pouvoir dormir sans m’inquiéter pour vous.

Personnages

Philippe Raxhon a créé des personnages intéressants que j’ai aimé suivre. François Lapierre est un historien enseignant à la Sorbone. Il a ses petites habitudes qui vont se trouver bouleversées par l’arrivée de la chercheuse sicilienne Laura Zante. Elle est belle, ce qui ne manque d’être mis en avant tout au long du livre. Intelligente et ambitieuse, Laura éblouit par sa détermination. La quête de la vérité et le parcours de Laura et François étaient très agréables à suivre. Cependant, les états d’âme/ »roucoulements » des personnages ont fini par me perdre un peu, et j’avoue avoir sauté quelques passages. A l’inverse, l’auteur nous donne l’occasion de saliver devant les nombreux repas de nos héros, bons vivants.

Bonsoir, jolie madame, je suis venu vous dire bonsoir…

La station de radio qui remplaçait la sonnerie stridente du réveil de l’historien François Lapierre ne manquait pas d’humour ce mardi matin là, en diffusant cette chanson de Charles Trenet qui fit sortir l’universitaire de son sommeil.

… Je ne réclame qu’un peu d’espoir.

Cette situation l’amusa, il s’entendait presque parler à sa collègue slovène, une inconnue rencontrée la veille au soir dans ce cocktail de présentation de livre chez son éditeur qui avait toujours pris soin de ses invités, leur laissant un total libre arbitre dans la consommation du champagne dont il était un véritable amateur, très laxiste dans la distribution des bouteilles à ces occasions.

Décidément, François, la langue pâteuse, dû bien constater que son libre arbitre lui avait une fois encore joué des tours, et que sa maladresse avait été loin de faire honneur à la blondeur éclatante de l’historienne exotique.

Le café étant prioritaire, et ses cours ne débutant qu’à 10 heures à la Faculté des Lettres de la Sorbonne, il calcula le nombre de tasses à préparer dans le temps qui lui était imparti, et le percolateur lancé, il ouvrit les rideaux de son salon en admirant la vue splendide sur Paris qui s’offrait à lui. Son appartement, situé en hauteur, Place Vauban, donnait directement sur les Invalides, qu’il saluait chaque matin, comme un rite salvateur destiné à l’épargner le plus possible des aléas de la vie.

Cet appartement était un héritage. Il avait beau être un historien de renom, la catégorie sociale dont il faisait partie avait progressivement quitté le centre de la capitale pour la périphérie, au rythme des érosions régulières du pouvoir d’achat des enseignants universitaires. Cette catégorie étant minoritaire, et réputée aisée sur le plan financier aux yeux de l’opinion publique, elle n’avait aucune chance de susciter l’intérêt d’un parti politique, même le plus démagogique.

[…]

Un courriel attira néanmoins son attention, il datait du jour à deux heures du matin, il émanait d’une adresse nationale italienne ou « it », mais surtout, son intitulé intriguait : « Message urgent pour Monsieur le Professeur François Lapierre ». Qui, en dehors des échanges purement institutionnels, lui donnait encore du « Monsieur le Professeur » ? En général, y compris de la part des étudiants, c’était un vague « Bonjour » pour débuter et un flou « Bien à vous » pour terminer. Mais un « Monsieur le Professeur », cela méritait un brin d’intérêt supplémentaire. Il ouvrit le courriel, il était bref : « Monsieur le Professeur, je vous prie de bien vouloir m’excuser pour vous aborder ainsi de façon aussi cavalière… ». Cavalière ! Il y avait encore des gens pour utiliser ce terme, c’était magnifique, « … mais je suis à Paris seulement pour quelques jours, et je me permets de solliciter un rendez-vous, afin de vous soumettre une requête importante. Votre heure sera bien entendu la mienne ». Et c’était signé Laura Zante.

Nul doute que cette personne, dont il ne connaissait pas l’existence, venait d’éveiller sa curiosité.

Le style de l’auteur

Le style de Philippe Raxhon est relativement simple. La plume de l’auteur est agréable à lire, qui, je pense, pourra s’améliorer avec le temps. Quand le suspense augmente, la vitesse change, le rythme s’accélère. Les mots deviennent plus durs (au sens « sec »). L’idée de base est intéressante avec son côté « théorie du complot » qui laisse le mystère toujours intact. Plus nous avançons dans l’intrigue, plus nous voulons savoir. Nous nous prenons dans la toile des faits tissée par Philippe Raxhon qui nous donne à réfléchir. J’ai toujours un peu peur quand je lis un livre où la religion et la foi ont une place importante dans l’histoire, il reste pourtant respectueux jusqu’à la fin, ce qui me donne envie de conseiller ce livre aux personnes aimant ce genre.

La couverture est simple mais belle.

Le plus de l’histoire : L’intrigue intéressante

Le petit bémol de ma lecture : Une petite longueur sur les sentiments de Laura et François.

Conclusion : Me rappelant un peu le Da Vinci Code, j’ai passé un agréable moment avec ce livre malgré quelques petits points qui ont ralenti ma lecture et l’écriture de cette chronique. Je pense que l’auteur a un énorme potentiel et j’ai hâte de découvrir un autre livre de sa part. Je le conseille à tous les fans de thriller qui mêle Histoire et Religion avec une dose de romance.

Pour résumer : Une lecture très agréable !

Information : « Une suite est probable en l’état actuel des choses. » Philippe Raxhon

Petit plus pour les parents ou les professionnels :

N’hésitez pas à utiliser La source S si vous souhaitez lire un thriller qui allie une action dans le présent avec la présence du passé et explique comment cette présence influence nos représentations.

Un petit mot sur l’auteur :

Philippe Raxhon est est professeur à l’Université de Liège et chercheur qualifié honoraire du Fonds National belge de la Recherche Scientifique (FNRS). Il enseigne l’histoire contemporaine et la critique historique.

« Une suite est probable dans l’état actuel des choses »

Vous pouvez faire un petit tour sur le Facebook de l’auteur : Philippe Raxhon

Courez vite en librairie l’acheter ! Vous allez l’adorer !

Merci d’avoir lu l’article jusqu’au bout. N’hésitez pas à laisser un petit commentaire et à partager avec moi vos lectures ! Si cet article vous a plu, pensez à le partager ;).

Lena

Enregistrer
Enregistrer

Publicités
Cet article a été publié dans Policier / Thriller. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La Source S – Philippe Raxhon

  1. brijoudu93 dit :

    je ne connais pas du tout cet auteur, ton avis me tente et moi aussi ma PAL s’allonge démesurément !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.