Hyde

Bonjour,

Aujourd’hui, je vous propose une chronique d’un livre lu en janvier : Hyde de Daniel Levine paru aux éditions Fayard.

 

Hyde

Auteur :  Daniel Levine

Année de publication : 10 octobre 2016

Editions : Fayard

Nombre de pages : 380 pages

Prix :  22€

 

Quatrième de couverture :

Hyde est au pied du mur. Enfermé dans le cabinet chirurgical du docteur Jekyll, il compte les heures avant son inévitable arrestation. Quatre jours s’écoulent, pendant lesquels il a enfin le temps de raconter son histoire.Venu à la vie grâce à d’étranges potions, Hyde ignore quand et combien de temps il aura le contrôle du « corps ». Lorsqu’il est en sommeil, il observe la vie de Jekyll dans la haute société, emprisonné dans son esprit. Bientôt, leur existence mutuelle est menacée, non seulement par les incertitudes de la science instable dont il est le fruit, mais aussi par un mystérieux harceleur qui obsède Hyde. Il se sent pris au piège. Des jeunes filles disparaissent, un meurtre est commis. Qui se cache dans l’ombre pour le surveiller ? Dans le brouillard de cette conscience partagée, Hyde peut-il être sûr de ne pas être l’auteur de ces crimes ? À travers cette réécriture virtuose de L’Étrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde raconté du point de vue de Hyde, Daniel Levine apporte un nouvel éclairage au classique incontournable de Stevenson.

A vous de découvrir la suite !

L’origine de ma lecture.

Je ne peux que commencer par remercier les éditions Fayard et NetGalley pour m’avoir permis de découvrir ce livre. Si comme tout le monde, je connais globalement l’histoire « L’étrange cas du Docteur Jekyll et de M. Hyde »  de Robert Louis Stevenson, je ne l’ai jamais lu. C’est pourquoi découvrir ce livre me donnait tant envie, envie de lire cette réécriture imaginée du point de vue de Hyde. Le commencement fut un peu douloureux, j’avais beaucoup de mal à comprendre ce que me racontait là l’auteur, puis je me suis prêtée au jeu. Après avoir été sceptique, j’ai apprécié l’histoire. Voilà qu’à présent, j’ai envie de découvrir la version originale : L’étrange cas du Docteur Jekyll et de M. Hyde.

 

Personnages

Il me semblait que dans le roman original, Hyde n’attirait pas la sympathie mais bien au contraire était un cerveau diabolique, la version sombre du Docteur Jekyll. Ici, semble-t-il que le Docteur Jekyll a créé son M. Hyde, tel un scientifique un peu fou. Le Docteur Jekyll semble contrôler sa « créature » pardonnez-moi cette expression mais c’est comme ça que j’ai vécu le roman. Il me semble plus mauvais que bon, conscient du mal fait, avec l’envie de le faire. M. Hyde m’avait l’air quant à lui déboussolé, essayé de faire ce que le Docteur Jekyll voulait qu’il fasse sans vraiment être sûr de lui. Était-ce bien ça ?

 

Henry Jekyll est mort.

Je murmure ces mots puis je tends l’oreille, comme si, après avoir jeté une pierre au fond d’un puits, je guettais le bruit sourd au contact de l’eau, les éclaboussures… Dans ma tête seul résonne le silence. Tout autour de moi un chœur de bruits festifs emplit le vide : le crépitement des boulets de charbon dans le poêle, un imperceptible piaulement derrière les fenêtres, presque un pépiement d’oisillon, les grincements des cloisons du cabinet qui me donnent l’impression d’être sur un bateau. Je suis assis dans le fauteuil de Jekyll, près de ces trois fenêtres à battants incrustées de poussière, son pardessus taché de moisissure drapé sur mes épaules comme une cape. La fin de mon voyage. La transformation ne m’a jamais paru aussi fluide  avant. Pas de vertige ni de nausée. Juste une dissolution en douceur : Jekyll s’évaporant dans l’atmosphère comme des particules atomiques, m’abandonnant à l’intérieur du corps. Pour de bon cette fois-ci.

Extinction. C’était le mot que Darwin employait dans son livre, que Jekyll a souillé il y a des semaines, et lancé ensuite par la fenêtre avec le contenu du pot de chambre (il se trouve sans doute encore en bas dans la cour comme un oiseau au cou brisé, tombé en plein vol). Extinction. Les races d’hommes se chevauchent-elles afin de se remplacer, de telle sorte que certaines finissent par disparaître ? Jekyll a refusé de m’expliquer ce concept. Mais à présent je commence à entrevoir le véritable sens du mot extinction. J’ai été désigné. Choisi pour survivre.

Le fin duvet de mon avant-bras se hérisse en filaments. J’examine ma main gauche posée sur mes genoux comme un crabe au ventre pâle, les doigts mollement recourbés. La manchette effrangée de la chemise de Jekyll est repliée, laissant apparaître la veine bleu lavande qui descend vers mon poignet. Je la remonte avec précaution le long de mon bras, je vois lignes violettes de l’infection bifurquer et se ramifier, formant des ruisselets foncés qui se rejoignent au creux de mon coude. Je le dénude avec une grimace de douleur. A la pliure du bras, l’abcès noirâtre est purulent et gonflé, telle une araignée gorgée de sang au centre de sa toile, l’abdomen frémissant. J’effleure  avec mon puce la veine cubitale, durcie comme une corde de violon sous la peau et parsemée de traces de piqûres systématiques, certaines recouvertes de croûtes, d’autres fraîches et rougeâtres – mes innombrables points d’injection. Voyez ce qu’il m’a laissé. Ce qu’il m’a obligé à faire. Toutes ces poudres expérimentales, ces doubles piqûres – et dans quel but ? La fin est la même.

 

Le style de Daniel Levine est assez agréable à lire. Cependant, le rythme était bien trop lent pour moi. Les descriptions trop longues et parfois un peu « brouillon » ont fini par me perdre à certains moments, ne sachant plus s’il s’agissait du Docteur Jekill ou de M. Hyde. C’est dommage, le point de vue était très intéressant.

Le petit plus de l’histoire : Le point de vue utilisé.

Le petit bémol de l’histoire : Le rythme, les descriptions.

 

Pour résumer : A découvrir !

 

Petit plus pour les parents ou les professionnels :

On peut utiliser dans le cadre d’un projet autour des réécritures de romans, des propositions sur une version autre de L’Etrange cas du Docteur Jekyll et de M. Hyde.

Un petit mot sur l’auteur :

Daniel Levine a fait ses études en littérature anglaise et en écriture créative à l’Université Brown.

Le site Web de l’auteur, en anglais attention : Daniel Levine.

Courez vite l’acheter !

Merci d’avoir lu l’article jusqu’au bout. N’hésitez pas à laisser un petit commentaire et à partager avec moi vos lectures ! Si cet article vous a plu, pensez à le partager ;).

Lena

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités
Cet article, publié dans Policier / Thriller, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s