Les derniers jours de Paris

Bonjour tout le monde 😉

Me revoilà en cette journée ensoleillée avec une nouvelle chronique !

Aujourd’hui, je m’attaque au livre de Nicolas d’Estienne d’Orves : Les derniers jours de Paris, un thriller français.

Les derniers jours de Paris

Les derniers jours de Paris

Auteur : Nicolas d’Estienne d’Orves

Année de publication : 2009

Dans Les derniers jours de Paris, nous suivons Sylvain Masson, jeune professeur à la Sorbonne et Trinité, un jeune fille surdouée de 14 ans. L’histoire est folle : un soir de printemps, les animaux de la ménagerie du Jardin des Plantes sont nerveux (crient, heurtent les barreaux de leur cage), pressentant quelque chose. A 2h du matin, la police reçoit un appel affolé : un bébé vient d’être enlevé, puis un autre et un autre.. Au final ce sont cinq bébés qui disparaissent. La ville est en état d’alerte au lever du jour. D’un côté, la police cherchent les cinq petits. De l’autre, la Seine déborde : une crue géante et inexplicable. Paris se noie. Avec l’aide de Trinité, témoin d’un des kidnapping, Sylvain va se lancer sur la trace des nourrissons.

A vous de découvrir la suite !

Commençons par le commencement, pourquoi j’ai lu ce livre ? Il faut tout d’abord savoir, c’est que Les derniers jours de Paris est mon premier thriller fantastique. J’ai été « forcé » par une certaine librairie/entreprise (passons les détails 😉 ) d’acheter un livre et je l’ai choisi, plus par dépit qu’autre chose. Ceux qui m’intéressaient coûtaient bien trop chers ou n’étaient pas disponibles à ce moment-là  et, je ne pouvais me permettre de débourser plus de 20€ pour un livre. Celui-ci s’approchait le plus de mon genre de lecture habituel. Bref aussitôt acheté, vite lu. C’était l’été, je profitais de ma chaise longue et du soleil pour le lire. Cet été, j’ai eu envie de le relire. Une envie comme ça, comme j’ai de temps à autre. Cette fois aussi, je l’ai lu quasi d’une traite. Finalement, j’ai peut-être eu raison de me laisser tenter.

Les personnages sont particuliers, étonnant. Trinité est une jeune fille de 14 ans, surdouée. Elle est très perturbante. Oh oui. Dès le début, je me suis dit « Hin quoi ? Nan ? Sérieusement ? » Ah ah ! Pour expliquer simplement, elle habite dans un immeuble et surveille ses voisins à l’aide d’un réseau de caméras qu’elle a restauré (l’immeuble est un ancien centre psychiatrique). Oui oui. Vous m’avez bien lu : elle les espionne dans leur intimité. Perturbant non ? Bon du coup, grâce à elles, elle a assisté impuissante à l’enlèvement d’un bébé. Encore plus perturbant. C’est pourtant un personnage intéressant à suivre. C’est ce qui m’avait le plus marqué du livre, ce personnage étonnant. Ensuite, il y a Sylvain, professeur à la Sorbonne. Alors lui, je n’ai pas vraiment su quoi en penser, et j’ai toujours cette avis malgré cette deuxième lecture. Je n’arrive pas à me décider si je l’apprécie ou non. Je crois que je ne le saurais jamais 😉 J’ai eu beaucoup de mal à me faire aux personnages tout de même. A tous. Leur nom n’aidant pas du tout : Trinité, Lubin, Gervaise. Franchement, comment voulez-vous que le lecteur s’y retrouve s’il met un temps fou à se souvenir de qui est qui, qui fait quoi, quelle personnalité correspond à qui ? Malheureusement, les personnages étaient un peu brouillons par moment. Peut-être pas assez approfondi. Je ne sais pas.

Au niveau de l’histoire, je la trouve originale. Peut-être que certains diront que ce n’est pas le cas et que je n’ai pas assez d’expérience dans ce genre. Dans ce cas, laissez en commentaire des titres et vos avis, je me ferais une joie de les ajouter à ma PAL. Elle est prenante, différente de ce que j’ai lu jusque là. En lisant la quatrième de couverture, j’étais hésitante et j’avais du mal à savoir à quoi m’attendre. Ici, j’ai été surprise.

Le style de l’auteur est plaisant, ni trop simple ni trop compliqué. Le vocabulaire est accessible pour un public novice ;). Les chapitres sont courts. Pas de prise de tête pour suivre. Rajoutons l’ouvrage en lui-même : les deux narrateurs ont  chacun leur police d’écriture. C’est tout de même plus simple pour suivre. J’ai adoré cette idée.

Le suspense montre crescendo. Au fil des pages, je me suis sentie prise au piège, inquiète pour les personnages, pour Paris. Le livre est, de cette manière, encore plus prenant. Difficile de le lâcher ainsi.

Cependant, j’ai tout de même trouvé le livre assez « inégal ». Autant au début, je n’ai pas vu passer les pages tellement j’étais prise par l’histoire, autant la fin m’a laissé perplexe. Si au début, l’histoire me semblait détaillée, précise. A la fin à l’inverse, je l’ai trouvé bâclée. C’est dommage car c’était vraiment bien parti. La fin est tirée par les cheveux à mon humble avis. Il manque un chapitre ou deux pour expliquer un peu plus ce qui se passe là où ne sont pas les personnages principaux (oui j’essaye de ne rien divulguer mais là c’est dur dur !). C’est un trop grand manque. La fin est aussi assez perturbante. Elle m’a étonné sans m’étonner. Je m’y attendais depuis un moment. Mais, je l’ai trouvé bâclée et pas assez vraisemblable pour être plus agréable à lire.

Les derniers jours de Paris a quand même des points positifs que je ne nie pas. Le plus important à souligner c’est que l’ouvrage est extrêmement bien documenté sur Paris, sa géographie, son histoire. Grâce à cela, l’auteur nous emmène vraiment à la découverte d’aspects insoupçonnés de notre capital. J’ai pris un réel plaisir à découvrir cette ville, à redécouvrir certains faits. Je dois avouer qu’en général soit je suis totalement déçue soit ça me plait énormément de découvrir des villes dont je connais déjà quelques éléments. Ici, l’histoire, les descriptions m’ont donné envie d’aller passer quelques jours à Paris et d’en profiter pour visiter.

De plus, Nicolas d’Estienne d’Orves a utilisé les bons ingrédients du thriller : le mystère, le suspens, l’action et ajouté le fantastique. Ça aurait pu être un livre vraiment génial. Il n’est que bon par son dénouement. Je vous le conseille tout de même il vaut le détour !

Pour résumer : Un livre qui vaut le détour !

Petit plus pour les parents ou les professionnels :

On peut utiliser Les derniers jours de Paris dans le cadre d’un projet sur la ville de Paris pourquoi pas. Il peut être aussi proposé dans une liste de thrillers ou d’ouvrages sur Paris.

N’hésitez pas à lire Les derniers jours de Paris. Mais prévoyez une après-midi tranquille ! Il vaut mieux le dévorer d’une traite tellement il est difficile de le lâcher.😉

Vous pouvez consulter le site de l’auteur ici : Nicolas d’Estienne d’Orves.

N’oubliez pas de courir en librairie l’acheter !

Merci d’avoir lu l’article en entier. N’hésitez pas à laisser un petit commentaire et à partager avec moi vos lectures ! Si cet article vous a plu, pensez à le partager😉.

Lena

 

Publicités
Cet article a été publié dans Policier / Thriller. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s